HOMO FURENS

En revoyant le film de Kubrick, Full Metal Jacket, j’ai eu envie de travailler sur l’entrainement physique et moral des commandos. J’aimerais traduire cette forme athlétique en mouvement dansé et redonner de l’importance au collectif et à l’effort. Créer un esprit d’équipe au sein de ce groupe d’hommes, afin de mettre en scène un parcours où le corps, l’espace et la psychologie subiront un rude instant du réel qui résiste, insiste et existe irréductiblement. Une performance demandant rigueur et dépassement de soi. Le choix du titre Homo Furens, l’homme en délire, égaré, l’homme qui est hors de soi tend à interroger la notion de limites. Des limites qui vacillent entre corporalité et volonté, entre individualisme et engagement collectif.

De la rigueur et du dépassement de soi.

Comment préparer le corps, et l’esprit de chacun ?
En commençant par un entrainement intensif, en amont de la performance, pour entretenir leurs compétences, développer et maintenir leur forme physique et morale. Travailler l’endurance et la résistance. Fuir la facilité, en stimulant leur volonté de satisfaire aux exigences pour obtenir un résultat.

Comment être prêt à affronter ce qui paraît infranchissable à tout instant ?
Quand les réflexes premiers se font disparates, comment trouver les ressources pour aller plus loin ?
J’aimerais repousser les limites corporelles de chacun pour atteindre dans un
premier temps un état d’épuisement physique permettant de lâcher les pensées et engager leur volonté pour aller plus loin dans l’acte de résistance.

Entre l’individuel et le collectif

Une organisation du groupe en vue d’un but commun. Créer une cohésion de groupe grâce à la proximité physique des interprètes et à l’intensité de leurs rapports. Trouver un intérêt ludique pour favoriser la solidarité active dans le collectif. Ce qui tendrait à interroger la notion de fraternité. Effacer les questionnements personnels en supprimant momentanément la notion d’égo, afin d’atteindre cet objectif commun tout en gardant la force identitaire de chacun. Comment chacun peut il résister à travers ce parcours imposé ?

Propos chorégraphique

J’ai choisi de mettre en scène un parcours répétitif et obsessionnellement contraignant, afin d’agrandir la difficulté même. À travers des règles de jeu imposées sous formes de modules, et de parcours spatiaux, les danseurs s’imposent et restent la clé de voûte de l’évolution du protocole, et de son articulation.

j’admire dans l’exercice de mon métier, les actes de tous ces corps qui se nourrissent du geste pour continuer à résister et à redonner de l’air à cette psychologie de l’instant, pour se surpasser, voir même d’en jouer.

NOTES TECHNIQUES

Chorégraphie
Assistante Chorégraphie
Danseurs




Musique
Lumières & Costumes
Diffusion
Administration
Durée du spectacle

Filipe Lourenço
Deborah LARY
Youness ABOULAKOUL
Stéphane COUTURAS
Sylvère LAMOTTE
Jérémy KOUYOUMDJIAN
Rémi LEBLANC-MESSAGER

Vanessa COURT
Filipe LOURENÇO
John GOODSOUND
Saül DOVIN
1h

juillet 24, 2020